« Le Plongeon » : Un EHPAD, des fesses, de l’amour et des rides !*

Ça fait bien longtemps que je n’ai plus aucune confiance dans les maisons de retraite, qu’on nous fait maintenant appeler « EHPAD » et que j’appelle plus volontiers « sanitarium », « mouroir » ou « prison pour vieux » : le fait est qu’avec un personnel constamment débordé, des locaux semblables à ceux d’hôpitaux soit à peu près aussi agréables qu’un couloir de la mort, des endroits où c’est bien souvent votre famille ingrate qui vous enferme pour ne plus vous subir durant les dîners de famille, j’ai l’impression qu’on se sent vieillir et perdre sa santé aussi bien que la boule bien plus vite. Me faites pas dire ce que j’ai pas dit : garder ses aïeux chez soi, c’est pas souvent meilleur, au Japon c’est la tradition mais ça crée des situations familiales compliquées. Au final, c’est toujours la même question qui revient : qu’est-ce qu’on fait de nos vieux ? On les parque dans un coin où il ne risque rien de leur arriver ? ou on les laisse faire ce qu’ils veulent, quitte à ce qu’il leur arrive des accidents ? Et dans nos sociétés matérialistes où porter le dentier n’a plus rien de sacré, on choisit bien souvent l’option 2.

TUGPÉUA #23

L'année 2020 aura connu son lot de cauchemars, entre la pandémie, les extrémismes ou le film sur Sonic. Qu'importe, car même si Noël s'annonce aussi reluisant qu'un pet d'ornithorynque, c'est l'occasion pour nous de préserver plus que jamais notre solidarité (et vu ce qui s'annonce pour la suite, on va en avoir besoin...). C'est pourquoi retrouvons-nous donc pour ce dernier TUGPÉUA de l'année, avec deux disques que j'avais hésité à mettre dans les ovnis du post-rock parce qu'ils relevaient trop peu de ce genre... et quelques autres surprises.

« Publier la bande dessinée » : Pointu, complexe, passionnant

Saurais-je faire une critique pertinente du livre qui m'a été envoyé ? C'est en m'apercevant de la précision de chacune des informations fournies par cet essai et l'attention que l'on me porta par un mot des éditions joint au colis que je me suis rendu compte de l'ampleur de la tâche. En tant que simple étudiant de Lettres & Arts, je n'ai effectivement que peu d'expertise comparé à un professeur qui a consacré des années de sa vie à se pencher sur la bande dessinée avec le plus grand sérieux ; ceux qui me connaissent savent que je suis friand de critiques légères et espiègles, quand bien même j'essaye d'apporter depuis des années un propos de plus en plus pointu sur les œuvres chroniquées de manière à ne pas sombrer dans cet éloge détestable que font certains de la pure subjectivité (...). Qu'on soit donc bien clairs tout de suite : bien que m'intéressant de près depuis l'enfance à la bande dessinée franco-belge, je ne possède pas d'expertise dans ce domaine et ne serais donc pas à même de valider ou non le savoir de l'auteur. En revanche, je m'engage à faire le plus de remarques constructives possibles sur la forme, les réflexions développées et l'exhaustivité déployée.

« Dans la toile du temps » : Devine qui vient terraformer ce soir

Dans la toile du temps, donc, c'est un bouquin qu'on doit à Adrian Tchaikovsky, romancier qui s'est imposé dans la dernière décennie en SFFF anglo-saxonne de par son éclectisme et ses idées remarquables ! Nous voici donc embarqués dans son ouvrage considéré comme un des meilleurs par la critique, où des scientifiques inconscients luttent contre des fanatiques encore plus inconscients pour savoir ou non si des singes vont être envoyés dans l'espace afin de coloniser des planètes expérimentales à la place des humains. Et forcément, ça part en cacahuète.

« Boxap 13-07 » : Le problème des dystopies actuelles

Ça faisait bien longtemps que rien dans les opérations Masse Critique ne m'intéressait. J'ai fait savoir à l'administration que mes goûts avaient quelque peu évolué depuis l'âge où j'ai lu la plupart des livres que j'ai chroniqués sur Babelio (comprenez : quand j'étais jeune, innocent, et encore plus beau que maintenant), alors comprenez, quand ils m'ont envoyé celui-là, j'ai pas voulu décliner et les embêter davantage. Boxap 13-07 ? Boârf, c'est toujours un progrès par rapport à Enfants vs zombies et cookies dans l'espace. Et quand bien même le livre serait mauvais que ça me permettrait d'exprimer un peu dans mes critiques pourquoi je ne lis en temps normal jamais de dystopies.