Scribouille et les mauvais genres #HS : 10 genres musicaux totalement ovniesques

Vous savez que sur C'est pour ma culture, on aime un peu tout ce qui est alternatif. Du coup, dès qu'un genre méconnu un peu trop what-the-phoquesque se pointe, j'y vais avec circonspection pour ensuite me replonger dedans par curiosité. Voici donc dix des genres les plus chelous, zarbis et extraterrestres que j'aie entendus jusqu'ici.

« Delikatessen » : Le « Brazil » français ?

Avec le confinement, certains films s'imposent pour faire régner la joie et la bonne humeur. Heureusement que ma verve trollesque est présente pour vous remettre sur le droit chemin du malaise et de la paranoïa : aujourd'hui, nous allons parler de Delikatessen.

« Anthologie de l’ambient » : Toute la vérité (et accessoirement un peu plus)

Des essais de 800 pages ? Ah non merci, pas question que je gaspille mon temps en-dehors de ma fantasy et ma SF chéries pour m’occuper des divagations d’Éric Zemmour ou des ronchonneries de Michel Onfray. On lit de la littérature sérieuse ici, jeunes gens :p Mais je suis magnanime dès lors qu’il s’agit de parler d’une musique que j’aime et dont tout le monde s’en fout, d’autant plus quand il y a quasi zéro autres livres dessus dans notre beau pays de plus en plus savant qui s’appelle la France. D’autant plus quand il s’agit de financer des maisons d’éditions mal connues et qui se spécialisent dans la musique comme Camion Blanc. Débonnaire, je détourne les yeux de son prix exorbitant et consens à acheter un livre qui m’aidera à mieux cerner l’histoire et les sous-genres d’un des plus grands piliers du chill-out, parce qu’après tout, c’est pour ma culture.

TUGPÉUA #13

Je vous ferais une confidence, l'automne étant ma saison préférée, j'ai finalement abandonné l'idée de faire un TUGPÉUA spécial pour chaque saison... du moins pour l'instant. Cela dit, pour l'hiver, ces disques recèlent une ambiance glacée ou chaleureuse et se marieront donc plutôt bien avec la saison. Bref, pour ce coup-ci mes petits scribouminus, il n'y aura pas vraiment de thème, mais plus un vague fil rouge parmi mes dernières trouvailles...

« French Pop » :Quand la musique est bonne

Un format singulier, une jeune fille au visage doux, une peluche entre ses bras... Mais c'est Flat Eric ?! Alors je feuillette, curieux de voir si j'y trouverais Justice. Il y est ; il y a même Stupeflip. Un bouquin qui retracerait 50 ans de la musique française avec une érudition sur à peu près tous les genres ? Qui s'intéresserait autant à l'underground qu'à l'overground, qui serait bourré d'anecdotes, d'histoires de groupe et de conceptions d'albums, et qui en plus aurait de jolis dessins ?

« Neu ! 4 » : Non, je n’arrêterais jamais avec ce groupe

Il fallait bien que je revienne un jour ou l'autre à mes anciennes amours, j'ai décidé d'écouter enfin un des deux albums de Neu ! que j'avais laissés de côté jusque-là : celui apocryphe du live de 1972, jugé tellement mauvais qu'il a été renié, et leur dernier officiel, Neu ! 4, lui aussi loin des références souvent citées que sont ses frères aînés.

« Pôle » : Les junkies du synthé

Quand j'ai lu dans French Pop que des français eux aussi avaient fait du krautrock, forcément il fallait que j'y jette un œil. Besombes et Rizet, inconnus d'un mouvement inconnu, avaient fait en 1975 eux aussi leurs petites tambouilles loin des regards. Ce qui en découle est très loin de rappeler Indochine. Ni même quoi que ce soit de la chanson française.

Intheconcours, édition 1

Ceux qui me suivent depuis assez longtemps déjà savent qu'il m'arrive de glisser de temps à autre une allusion au youtubeur Inthepanda : il s'agit sans doute d'un chroniqueur parfois subjectif et bien moins approfondi que son confrère le Fossoyeur de Films, mais son travail est incontestablement soigné et j'apprécie la sincérité avec laquelle il l'effectue. Alors, lorsqu'il décide lancer un concours de courts-métrages, je suis dans les starting-blocks.

« La Horde du Contrevent » : Bah quand même depuis le temps que j’en parle !

La Horde du Contrevent, c'est LE livre pour faire grincer les dents chez les uns, LE livre qui déclenche des critiques orgasmiques chez les autres. OVNI littéraire, roman expérimental, SFF inclassable, recueil de calembours, c'est l'histoire de vingt-trois mecs qui partent un jour se refaire la tignasse vers l'Extrême-Amont dans leur monde, c'est-à-dire d'où vient toujours le vent dans leur univers, le vent qui est au centre de leur cosmogonie, le vent qui fait que du coup on se demande qui le fabrique et à quoi ressemble le monde par-delà l'endroit d'où il démarre. On suit donc leur odyssée, sachant que trente-trois groupes comme eux ont déjà échoué ; mais ceux-là sont les meilleurs (du moins selon ce qu'on leur a dit, parce que savoir que des centaines de mecs des Hordes précédentes se sont faits buter dans leur quête auparavant, ça doit pas être très rigolo). On découvre leur voyage initiatique en somme, mais dans un univers hors du commun et AVEC TOUTE L'INTENSITÉ PSYCHOLOGIQUE. Imaginez-vous des rafales de centaines de kilomètres-heures sans des paysages qui feraient passer l'Arctique pour le yacht de Claire Chazal et dites-vous que vous allez vous manger ça pendant 700 pages. Idéal pour la relaxation, pas vrai ?

TUGPÉUA #3 : Spécial ÉCOUTÉ ET APPROUVÉ

Eh oui mes scriboumarmots, ce numéro tout entier est dédié à la grande musique qui résiste encore et toujours à l'envahisseur NRJesque. Avec au programme des morceaux d'une harmonie rare et chacun une beauté particulière, tantôt mélancolique, tantôt plus enjouée. Des galettes qui plus est qui devraient plaire à grand nombre de gens quels que soient leurs goûts, et qui sont en passe de devenir des références pour moi. Bref, de la joie, de l'amour, de la bonne humeur. Et vous à dix heures du matin la tête en bas vous réveillant avec ça dans vos draps défaits.