Scribouille et les mauvais genres #6 : Les musiques psychédéliques (2/2 : Les musiques électroniques)

Salut les scribouminus, et puisse votre chevauchée sur le dragon cosmique vous être riche en enseignements spiritiques. La dernière fois, nous avions vu les musiques psychédéliques non électroniques, cette fois nous allons voir celles électroniques, à savoir principalement la psytran... Qu'est-ce que tu fous dans mon bureau, Nathan ?!

TUGPÉUA #15 : Spécial Chinese Man Records

Ouh djadja, c'est que le hip-hop de Chinese Man a un goût de reviens-y. Il faut savoir que le groupe parallèlement à son activité plutôt prolifique a fondé son label et s'est entouré d'une galaxie de petits groupes et artistes partageant son esprit syncrétique, même s'ils se spécialisent bien souvent dans un genre en particulier. S'ils sont de ce fait moins marquants, ils sont incontestablement très méritants, c'est pourquoi nous allons essayer aujourd'hui d'en voir le plus gros.

« Anthologie de l’ambient » : Toute la vérité (et accessoirement un peu plus)

Des essais de 800 pages ? Ah non merci, pas question que je gaspille mon temps en-dehors de ma fantasy et ma SF chéries pour m’occuper des divagations d’Éric Zemmour ou des ronchonneries de Michel Onfray. On lit de la littérature sérieuse ici, jeunes gens :p Mais je suis magnanime dès lors qu’il s’agit de parler d’une musique que j’aime et dont tout le monde s’en fout, d’autant plus quand il y a quasi zéro autres livres dessus dans notre beau pays de plus en plus savant qui s’appelle la France. D’autant plus quand il s’agit de financer des maisons d’éditions mal connues et qui se spécialisent dans la musique comme Camion Blanc. Débonnaire, je détourne les yeux de son prix exorbitant et consens à acheter un livre qui m’aidera à mieux cerner l’histoire et les sous-genres d’un des plus grands piliers du chill-out, parce qu’après tout, c’est pour ma culture.

« French Pop » :Quand la musique est bonne

Un format singulier, une jeune fille au visage doux, une peluche entre ses bras... Mais c'est Flat Eric ?! Alors je feuillette, curieux de voir si j'y trouverais Justice. Il y est ; il y a même Stupeflip. Un bouquin qui retracerait 50 ans de la musique française avec une érudition sur à peu près tous les genres ? Qui s'intéresserait autant à l'underground qu'à l'overground, qui serait bourré d'anecdotes, d'histoires de groupe et de conceptions d'albums, et qui en plus aurait de jolis dessins ?

Chinese Man : Rétrospective

Je serais impardonnable sur un blog dont l'amour du trip hop n'est plus à démontrer de ne pas vous parler des plus grosses têtes de notre beau pays français, le groupe Chinese Man. Difficile en effet de passer à côté, ce que l'ai réussi pendant de multiples années, jusqu'à ce qu'il faille que ma prof de philo, DJ Maggie et la hype autour du phénomène me poussent à y jeter un coup d'œil. Que voulez-vous, on a beau faire des efforts pour se couper de la bonne musique en mettant NRJ à fond avec un abonnement aux boîtes de nuit de campagne, elle finit toujours par nous rattraper. La coquine.