« Robot face » : Appelons le disque comme ça vu que le bug WordPress m’empêche d’écrire les titres comme je veux

Chose promise, chose due, il faut que je rattrape mon retard annuel en vous parlant de toutes les choses avec lesquelles je vous avais faits baver en janvier. Ni une ni deux, j'enfourche mon Cirrus-3000 (comme un Nimbus, mais avec moins de budget), et accours vers un vieil article trop longtemps resté en brouillon : mon ébauche de critique sur , le troisième album de Caravan Palace.

« Vigilance » : La situation devient Glock

Trump a le Covid, mais ça n'empêche pas ses copains de faire les zouaves. Et Le Bélial' sent la situation s'envenimer, c'est pourquoi il traduit dans Une Heure-Lumière Vigilance de Robert Jackson Bennett, un texte de plus de 150 pages, dont on pourrait se demander à ce stade-là s'il s'agit effectivement encore d'une novella ou d'un roman. Qu'importe, puisque la collection ne prétend rien faire d'autre que du "roman court". Un mot tout de même sur la couverture d'Aurélien Police : pour une fois je la trouve un peu décevante, car elle reprend une idée au final assez proche de celle d'Arslan. Mais passons sur ces petits détails triviaux, qu'est-ce que c'est, Vigilance ? Eh bien, il s'agit sans doute de la meilleure dystopie chroniquée sur ce blog après Brazil, et qui a de grosses, grosses chances de figurer dans le top de fin d'année. Un récit adulte, noir et ultraviolent, mais d'une pertinence rare sur les dérives de l'Amérique actuelle.

Intheconcours, édition 1

Ceux qui me suivent depuis assez longtemps déjà savent qu'il m'arrive de glisser de temps à autre une allusion au youtubeur Inthepanda : il s'agit sans doute d'un chroniqueur parfois subjectif et bien moins approfondi que son confrère le Fossoyeur de Films, mais son travail est incontestablement soigné et j'apprécie la sincérité avec laquelle il l'effectue. Alors, lorsqu'il décide lancer un concours de courts-métrages, je suis dans les starting-blocks.

« Saga » : John Difool pré-gueule de bois

J'avais vu cette BD dans Zoo. On m'avait parlé d'un univers extrêmement riche, d'une odyssée familiale qui se déroulerait sur un nombre de tomes indéfini, avec un imaginaire particulièrement florissant et des intrigues se télescopant en grand nombre. Saga semble en effet avoir sa petite fanbase dans le milieu comics indé, avec un univers tout beau tout neuf reprenant tout ce qu'on aime dans la bonne vieille SFF. Sauf que.

TUGPÉUA #4

Salut tout le monde c'est encore moi, et aujourd'hui nous abordons un TUGPÉUA aux mini-critiques assez spéciales : d'une part parce que certaines ne sont pas vraiment mini (...), ensuite parce qu'il s'agit de genres pour lesquels je n'éprouve pas un grand intérêt. Néanmoins, le but de ce blog étant de m'ouvrir (et vous aussi) à un maximum d'éclectisme, j'ai donc décidé de faire un petit effort, et qui s'est globalement avéré plutôt récompensant.

« Les Portes de la Maison des Morts » : Idéal à lire avant de s’endormir

Erikson est de retour dans le game, six mois après la sortie du premier tome pour-de-bon-cette-fois de sa grosse saga DF Le livre des martyrs. La blogosphère s'emballe pour un nouveau tour de manège, arguant que c'est encore meilleur que le tome 1. Ce qui est plutôt encourageant quand on savait la bonne facture du premier. Et le résultat ? Disons que c'est pas toujours une série dans laquelle je prends mon pied, mais force m'est de moi aussi constater sa grande qualité.

Averoigne et autres mondes : Swords and potée ?

On est donc dans dans une région imaginaire de France s'apparentant à l'Auvergne. Mais attention ! Pas l'Auvergne des champs à perte de vue, de Laurent Wauquiez et de Lorn Duncan qui lance sa plus grande réplique dans le château du Monastier-sur-Gazeille ! Non, une Auvergne médiévale et antique, étrange, mystique, inquiétante et magnifique, où se côtoient l'obscène et le sublime, le parjure et la sacré. Les moines ont pour but d'éloigner la population de la tentation de rejoindre le camp du diable et de la sorcellerie, et seraient donc les gentils. Mais les choses ne sont pas si simples : l'intégrisme, le puritanisme ou encore l'hypocrisie ont gagné le cœur de la plupart d'entre eux, ce qui les rend inefficaces à la lutte contre les forces du Mal représentées par les sorciers et enchanteurs. Forces du Mal, qui par ailleurs, ne sont pas toujours si maléfiques et aspirent juste à approfondir leurs sciences. Quoique, car en Averoigne, les apparences sont souvent trompeuses...

Quelques travaux sur le nu féminin

Le dessin a ça de particulier qu'il peut non seulement créer des mondes entiers ou reproduire une réalité trop morne tout en l'embellissant, mais qu'il peut aussi combiner les deux. Aussi, croiser le thème ô combien classique du nu féminin avec un peu d'Imaginaire avait de quoi inspirer quelques nuits blanches... Il ne s'agissait non pas de se défouler en fantasmes mais plutôt d'expérimenter de nouveaux types de beauté avec un brin d'exotisme pour couronner le tout. Du coup, attendez pas à du porno de la grosse fleur bleue qui rédige ces lignes. Ce que vous trouverez dessous est du bien soft et n'a pas d'autre prétention que de vous emporter dans quelques étranges voyages...