Joyeux Noël ! #3 (3/3)

Résumé : András, l'apprenti du prestigieux réalisateur clandestin Rafel Mendlá, décide de percer ses secrets et pénétrer dans son local à accessoires qui semble cacher de féroces lutins et un secret qui lui conférerait son mystérieux pouvoir évocateur. Mais la guerre fait rage, le gouvernement devient oppressant, Serdžo a peut-être dénoncé l'emplacement du studio, et surtout, András ne sait toujours pas si c'est lui qui a trahi Bruce. Monsieur Boîte-à-caca, dernier spectateur de se palpitant feuilleton, se trémousse en transpirant sur son siège ; après tout, c'est pour sa culture...

Joyeux Noël ! #3 (2/3)

Résumé : Dans quelle affaire s'est embarqué András, jeune surdoué ayant rejoint des studios de cinéma désapprouvé par le gouvernement ? Qui sont ses coéquipiers, Scaffold qui semble à moitié fou, Bruce en qui il estime avoir une dette, la belle Mašaja ? Que veulent les mystérieux lutins qui semblent hanter les locaux ? Et surtout, pourquoi le prestigieux réalisateur Rafel Mendlá s'enferme-t-il durant des heures dans son local à accessoires ? Toutes les réponses à peu d'choses près dans ce deuxième épisode, c'est bien pour votre culture...

Joyeux Noël ! #3 (1/3)

Comme chaque année, en bon étudiant sans le sou (enfin, qui les claque tous dans des livres trop chers), j'offre à ma famille une histoire de mon cru, que je partage désormais sur mon blog. Cette année, c'est carrément une novella coupée en trois dont le dernier segment sortira à l'occasion du 1e janvier. Ça parle de fascistes, de démembration, et de lutins qui éviscèrent les gens. Bon, au départ, je voulais écrire un conte pour enfants.

TUGPÉUA #21

Je suis de retour avec ce cher format principalement dédié aux découvertes musicales, avec des musiques de tous les genres, par moments pour une fois très engagées, notamment dans ce que j'affectionne sans doute un peu trop dans mes idéaux politiques, en bonne vermine anarcho-communiste. Mais je vous rassure, pas de prosélytisme de leur idéologie, et pour les plus réfractaires, il y aura également du blues, des voyages temporels et de la fantasy militaire pour enfants !

« Les Profondeurs d’Omnihilo » : Rétrospective

Le mois d'août s'étire comme une vieille chaussette et les vacances touchent à leur fin. Quoi de mieux pour vous gâcher votre pré-rentrée que de vous raconter une des plus grosses déceptions de ma préadolecence ? Comme refaire mes vieilles critiques brutes de décoffrage Babelio avec un peu plus d'arguments, de structure et d'idées au clair devient une tradition sur mon blog (...), j'ai donc décidé de revenir brièvement sur Les Profondeurs d'Omnihilo, BD jeunesse apparue dans l'indifférence générale durant les années 2000, publiée à BD Kids et parue auparavant en feuilleton dans Moi, je lis.

TUGPÉUA #19

Ça faisait longtemps, et ce mois n'y coupera pas, il y a trop de bonnes découvertes qui moisissent dans le grenier de ce blog pour que je n'en parle pas enfin. À voir, à lire, à écouter, il y a à boire et à manger.

« Сказочное путешествие мистера Бильбо Беггинса Хоббита » : Quз diaвlз suis-jз allз fairз daиs cзттз galзrз ?

Youtube a ça de magique que l'on peut y trouver sans difficulté certains films tellement ignobles qu'on ne peut se les procurer nulle part ailleurs. Du navetonnesque Super Garfield qui constitue un catalogue de tout ce qu'il ne faut pas faire dans un film pour enfants au nanar cultissime L'Homme-Puma, les mauvais films pullulent et à défaut d'être bons s'avèrent souvent fascinants. Dont cette adaptation du Hobbit tombée dans l'oubli tournée en 1985 dans... l'URSS.

TUGPÉUA #HS : Cinq ovnis de la fantasy

"La fantasy, c'est que des épées magiques au Moyen Âge." Boule-chite ! Il existe des œuvres franchement marginales dont je vous propose une flopée ici. Sachez qu'il y en aura également pour tous les goûts, du plus littéraire au plus divertissant, du jeunesse et du résolument adulte.