« Chants de l’espace » : YMSA*

Samuel R. Delany est réputé comme un des plus grands auteurs du space opera pulp de l'âge d'or. C'est dans sa grande magnanimité que Bragelonne publie sept de ses récits dans un bon gros volume anniversaire des familles, le tout à 10 balles seulement, ce qui avouons-le, est pas vraiment le style de la maison. Ajoutez à ça une superbe couverture, et le moi d'il y a quelques années dans le superbe centre commercial de Lyon pensait faire une bonne affaire en sortant d'un de ses restaurants fétiches. Seulement voilà. Années 60, révolution sexuelle, et la SF avant-gardiste avait une fâcheuse tendance à fantasmer partouzes dans l'espace et autres joyeusetés, imaginaire autour de la conquête spatiale mais aussi de la sexualité que l'on retrouverait notamment durant toute la décennie d'après avec l'avènement du disco. Le camarade Alfaric m'ayant en plus de ça averti que certains des textes étaient de véritables purges, je me commence à me questionner : je le lis ou je le lis pas ? Et puis zut, je me dis au bout d'un moment, il peut pas y avoir que du mauvais ; mais mon petit esprit facétieux a décidé de jouer jusqu'au bout la carte du disco... avec une qualité variable selon celle du texte. Le goût annonce la couleur !

« Acadie » : Le book qui va te dérencher la cervelle !

Une Heure-Lumière, comme j'en parlais précédemment, se porte comme un charme et comprenez par là qu'elle fait exploser au tank américain les compteurs de la SF en France. Et forcément, qui dit nouvelles parutions UHL dit la nouvelle plus belle couverture jamais réalisée par Aurélien Police (donc par un mortel), dit critique positive sur L'épaule d'Orion d'un super bouquin qui sera bientôt traduit, et dit PECD (Personnal Economies Collapse Disaster).

TUGPÉUA #HS2 : 5 ovnis de la SF

Des ovnis qui pour une fois ne seront pas dans les livres mais les livres eux-mêmes. Après mon article sur les oeuvres marginales de la fantasy, je me suis dit que je pourrais le faire pour mes autres genres de prédilection ; et quel genre plus prédilectionnesque que la SF quand on est le Scribouillard ? Même si je m'y suis vraiment mis un peu sur le tard dans ma vie et que du coup je ne pourrais pas vous garantir la même originalité. Je ne parlerais pas non plus de textes comme Tendéléo de Ian Mc Donald, qui certes s'intéresse à une forme de vie singulière mais se penche davantage sur sa venue et ses conséquences socio-politiques que sur son fonctionnement. Non, ici, nous allons aborder des oeuvres dont le concept de base est poussé jusqu'au bout, et qui n'a été repris que peu ou prou par d'autres fictions. Et dans un genre où l'on dit qu'on aura tout essayé comme la SF, vous allez voir que c'est pas de la tarte... Et du coup forcément passionnant.

« Colonies » : Virée galactique

J'aime Laurent Genefort. Je crois même que c'est mon auteur SFFF français préféré, alors que je n'ai quasiment lu aucun livre de lui. Les Ères de Wethrïn ont des longueurs et  quelques maladresses, mais renouvellent habilement les archétypes de la high fantasy, je n'ai pu lire que le début d'Omale, mais il me semblait un roman tout à fait respectable, et tous ses livres dont on m'a parlé, que la critique soit bonne ou mitigée, avaient franchement tout pour m'exciter. J'ai malgré tout longtemps pensé qu'il s'agissait somme toute d'un auteur dépaysant mais assez classique, avec de temps à autre un coup de génie, pas transcendant mais sympa, et puis j'ai vu cette critique qui a fortement relancé mon intérêt pour le bonhomme. Est-ce qu'on s'en ferait pas un petit bouquin ?

Rocambole + Batman + steampunk = « Le Baron Noir » !

L'idée de mélanger super-héros et steampunk est un atout pour le livre qui, s'il a sans doute déjà été usité, ne se voit guère. L'idée de faire un super-héros français à l'âge d'or du feuilleton, pourquoi pas également, car c'est de là que c'est parti mine de rien (Nyctalope, Fascinax... enfin merde, quoi, nous les français on invente le cinéma, la science-fiction, les ancêtres de Marvel et DC... Un peu de rémunération !). Alors si on me promettait un réalisme technologique par-dessus le marché, je ne pouvais que me jeter sur ce recueil de trois novellas et ressentir malgré tout un arrière-goût mitigé.

« 24 vues du Mont Fuji, par Hokusai » : À communiquer d’urgence à Zarbut

En bon fanboy de Nexus VI, j'ai remarqué que la chaîne se plaignait souvent que le cyberpunk ne faisait plus que tourner autour d'une esthétique blade-runneresque pompée et repompée, et je constate avec ça l'omniprésence du sempiternel héros-hacker matrixien qui se bat contre les méchants capitalistes, les cyborgs sexpistolo-eightesques, les armées des ténèbres et la taxe carbone. (...) Et puis à côté de tout ce tumulte, il y a ce texte de Zelazny, redécouvert depuis peu par Une Heure-Lumière, et qui tente d'explorer le sous-genre dans une approche intimiste. Alors cyber et punk, ça l'est nettement moins ; mais les grandes thématiques, elles, restent contrairement aux futurs les délaissant juste pour la baston sur fond bleuté de ville nocturne.

« Le sultan des nuages » : La tête perdue dedans

Vous voulez de la SF ambitieuse, avec des trucs jamais vus, des intrigues politiques et des cités flottantes à faire passer Bespin pour un petit bled de campagne ? Le sultan des nuages vous offre tout cela généreusement au prix modique de 8,90€ ! Un voyage dans son incroyable royaume assuré par la collection de novellas Une heure-lumière qu'il a rachetée au Bélial' quelques siècles après votre époque de petits Terriens insignifiants. Évidemment, la compagnie Venus Airlines décline toute responsabilité en cas de brûlures à l'acide, intoxication due à l'atmosphère, attaque de pirates...