« Le prieuré de l’oranger » : Barbecue is coming

Crénom d'une pipe de poil de nouille, il faut vraiment que les médias arrêtent ça. La comparaison à GoT en première de couverture, encore, je veux bien, mais comparer systématiquement un bouquin à "Tolkien, Robin Hobb et G.R.R.R. Martin", non seulement c'est à la portée du premier mercantiliste venu, mais en plus ça revient à dire que la littérature blanche s'arrête à Camus, le polar à James Ellroy et le cinéma italien à Rocco Siffredi. Ainsi on décrédibilise un peu plus la fantasy, et donc ce pauvre petit Prieuré de l'Oranger qui n'avait rien demandé à personne. Acheté parce qu'il était appétissant (près de 1000 pages, le bougre) et sur les conseils de l'Ours Inculte, je pensais prendre un sacré pied loin de tous les poncifs du genre. La vérité sera plus nuancée... même si le résultat s'avère très satisfaisant.

Star Wars Postlogie : Rétrospective

Pssss... Vous avez vraiment envie que je vous parle de ces films ? Parce que bon, honnêtement, avec tout ce qu'on a déjà dit dessus, les théories de Jean-Kévin Kikoolol circulant de manière virale, les hurlements des fans indignés, les cris de ceux qui ont aimé quand même... Et puis bon, à la base, je suis quand même censé vous faire découvrir des nouveaux trucs plutôt que tous ces machins mainstreams... Mais bon, si vous y tenez vraiment, on va essayer de faire ça la tête froide. Mon avis ne sera sans doute pas plus pertinent qu'un autre ; simplement, si vous avez détesté mais que vous essayez d'y trouver un intérêt ou que vous les aimez et les avez défendus bec et ongle, si vous êtes un tant soit peu ouvert à la conversation et pas au pinaillage débile sur je ne sais quelle facette de l'Univers Légendes étendu +++, j'espère pouvoir vous aider avec mon point de vue à y voir plus clair dans le votre.

« Dar l’invincible 2 » : Le retour du fils du roi de la dimension de l’autre temporalité

Ça faisait longtemps qu'on en parlait, en voilà enfin, un beau, un gros, un resplendissant : un nanar, un vrai, pas une contrefaçon, et pour cause, Dar l'Invincible 2 : Les portes du temps. L'une de ces rencontres que vous faites au détour d'un vide-grenier et où vous comprenez tout de suite que vous faites une bonne affaire.

TUGPÉUA #HS : Cinq ovnis de la fantasy

"La fantasy, c'est que des épées magiques au Moyen Âge." Boule-chite ! Il existe des œuvres franchement marginales dont je vous propose une flopée ici. Sachez qu'il y en aura également pour tous les goûts, du plus littéraire au plus divertissant, du jeunesse et du résolument adulte.

« L’Œil du Monde » : Frodon en vadrouille

Le buzz du Seigneur des Anneaux oblige, des tas de suiveurs ont ainsi percé dans ce qui devait être ce qui caractériserait par la suite LE cliché de la fantasy : c'est-à-dire le med-fan à prophétie et grôgrô méchââânt. Et nombre de ces œuvres ont par la suite été considérées comme des chefs-d'œuvre du genre, à tort ou à raison, tout dépend de votre degré de tolérance et si vous plantez pas trop d'épées magiques dans le postérieur de leur propriétaire. Ça allait de trucs ni bons ni mauvais comme L'épée de Shannara, que je n'ai jamais réussi à finir, mais qui reste un souvenir plutôt recommandable, des horripilo-monstruositudes comme L'arcane des épées qui m'a toujours fait l'effet d'un suppositoire rectangulaire... et puis des franchement bons moments comme par exemple Les chroniques de Krondor, qui avait la bonne idée de pas proposer que ça même si c'était parfois maladroitement. Et puis il y avait La Roue du Temps...

« Vers la lumière » : Une suite qui prend l’eau ?

Nous avions laissé Brindille au fond d'un lac souterrain, la voilà qui revient, toujours aussi jeune et pétulante. Mais la forêt est bien loin derrière nous pour laisser place à un pays de cristaux et d'eau pure (aux créatures l'étant moins). C'est moins fourmillant, moins souvent organique. Certes les qualités graphiques de la série sont toujours là, mais à vrai dire, ce n'est qu'un des divers défauts qui m'a empêché de profiter pleinement de ce tome 2 (qui cela dit reste d'excellente facture).

« Brindille », tome 1 : Toute nue dans les bois

Brindille n'avait pourtant à la base rien pour me plaire : c'est l'histoire d'une jeune fille blonde qui se réveille et qui a perdu la mémoire, et qui va devoir affronter les Ombres, de terribles créatures qui menacent l'immense forêt que constitue son monde. On semble donc bien partis pour une énième saga de high fantasy, qui plus est destinée aux enfants, et ne réglant pas grand-chose à la fin de ce premier tome. Mais ce n'est pas tout, loin de là.