« L’empire ultime » : Bolchegeek fantasy

Brandon Sanderson est un écrivain... qui partage pas mal de points communs avec moi en fait : passionné de SFFF, croyant pas mal tourmenté, très intéressé par les questionnements sociaux, c'est en 2006 qu'il sort le premier tome de Fils-de-brume, une trilogie déjà considérée comme un classique de la fantasy même envers ses critiques les plus sévères (l'antre terrible des forums d'Atramenta). Un ouvrage qui précède de peu le krach boursier de 2008, donc, date à partir de laquelle selon le camarade Alfaric, la fantasy anglo-saxonne, déjà souvent à gauche, s'est mise à critiquer de plus en plus vertement le capitalisme ; on ne s'étonnera donc pas complètement que si ce tome 1 reprend le schéma classique "jeune héroïne naïve se dresse contre empereur injuste grâce à ses pouvoirs insoupçonnés", on y retrouve quelques éléments bien inspirés de... la lutte des classes !

« Jardins de poussière » : Mon cerveau s’est fait Ken

Après la grosse beigne que fut La Ménagerie de Papier, il fallait s'attendre à tomber sur un Ken Liu plus vénère que jamais à nous balancer des questionnements métaphysiques plein la tronche dans un déluge d'émotions et de gigantisme. Et c'est bien sûr le cas avec Jardins de poussière, certes pas dénué de défauts, mais qui se fait incontestablement dans la littérature SF actuelle une place de choix... bien à raison.

« La porte des abysses » : Hard light lovecraftian science-fantasy policière (et en plus, c’est marrant)

Vous vous souvenez ? C'était y'a quelques années de ça. Les découpages de livres en France, c'est la foire à la saucisse, alors du coup il y avait eu cette trilogie découpée en cinq volumes ; c'est alors qu'une jeune maison d'éditions passablement ambitieuse (...) décidait de lui rendre le nombre de volumes qui lui était dû avec des illustrations attirant fortement l'attention des chalands. Dont moi.

« Les jardins de la Lune » : Kruppe recommande

Ça a commencé par l'histoire de deux gars qui sortaient des cours et l'un d'entre eux a dit à l'autre : "Bon, on se revoit ce soir avec Donjons et Dragons ? J'ai une idée de monde qui devrait te plaire." Ces deux gars, c'était Steven Erikson et Ian C. Esselmont. Quelques jours plus tard, une concierge devait les retrouver sous un amoncellement de cartes, scénarios de films, de romans, manuels de langue imaginaire, et ils en fabriquaient encore ! Les deux compères avaient en effet créé un monde qu'ils ont approfondi pendant plus de 18 ans, et se sont ensuite lancés dans des sagas monstres chacun de leur côté.