TUGPÉUA #26 Spécial essais

Je lis de plus en plus en plus d'essais. Si je ne délaisse pas pour autant la fiction, elle m'intéresse de moins en moins face à la richesse et aux multiples enjeux du monde réel. Misère, pourvu que je ne devienne pas un intellectuel pantouflard... Bah, c'est sans compter cette petite sélection dont les livres sont justement très stimulants et certains sur un thème pour le moins... original.

TUGPÉUA #25

Un recueil de mini-critiques à l'ancienne, avouez que ça vous manquait, pas vrai ? Mais écrit trop souvent, on finit par bâcler ses avis. Cette année, il y en a donc trois, pas un de plus. Le spécial Écouté & approuvé dont vous avez pu vous délecter hier, celui-ci plus classique... et un troisième qui est une surprise pour très bientôt.

Joyeux Noël ! #4

Cette année, retour aux fondamentaux : j'ai écrit un court texte, en l'occurrence un poème. Comme ça parle de ma famille, le quota de private-jokes est un peu plus élevé que d'habitude ; bien entendu, j'ai veillé à ce que chaque personne citée garde son anonymat. Du reste, je vous souhaite de vous amuser autant que moi pour les alexandrins, comme quoi on peut s'amuser avec la culture...

Star Trek TNG : Absolument fascinant ! (1/2)

Nous y voilà enfin : après une pelletée d'épisodes nanars, navetonnesques ou moyens, pour dénicher au final les perles rares à la sueur du front du binge-watcher attentif, The Next Generation est la prochaine série Star Trek sur ma liste et celle dont on m'assure que cette fois c'est la bonne, c'est de la pure, on va avoir une qualité incroyable. Alors, que se passera-t-il ? Les planètes vont-elles arrêter d'héberger des savants fous idiots et des dieux complètement crétins ? Combien de temps faut-il pour faire le trajet Vénus-Junon-la Terre ? McCoy et Spock vont-ils enfin se déclarer leur flamme ?

« Spirou, le journal d’un ingénu » : Boogie Belgique*

Émile Bravo, quant à lui, a signé chez Delcourt il y a déjà plus de dix ans pour un album dans la collection alors flambant neuve Une aventure de Spirou par... en parallèle de la série principale ; l'album était à l'origine le n°4, mais la numérotation ayant été abandonnée, je n'ai pas chroniqué (et même quasiment pas lu) les tomes précédents et ce volume peut tout à fait être pris comme un one-shot. L'objectif ? Retrouver le Spirou des débuts créé par Rob-Vel, mais avec la sensibilité toute particulière qui caractérisait les Épatantes aventures de Jules. Gamin, je n'avais pas compris grand-chose, ni même aimé disons-le franchement ; maintenant que je relis ce Journal d'un ingénu avec mes yeux d'adulte, j'y trouve un plaisir de tous les instants, qui sera certainement ma meilleure surprise de cette fin d'année.

« L’homme bicentenaire » : Papy Isaac met les potards à fond

Plus le temps passe et plus j'aime les livres qui en ont dans le ventre : mieux vaut une bonne grosse intégrale collector des familles que des romans en petite coupure (insérer ici la blague de votre choix sur les Moutons électriques). C'est donc plus ou moins par accident ("Sylvain ! Grouille-toi, on a pas toute la nuit ! — Mais m'man !") que je me suis retrouvé à emprunter à la médiathèque un autre de ces petits recueils de nouvelles qui faisaient la gloire d'Asimov. Si j'avais apprécié Chrono-minets, je n'étais pas sûr de vouloir reproduire l'expérience, et je dois dire ce qui est, j'ai eu tout le temps de me morfondre durant la première centaine de pages. Mais un ou deux mois après, je me dis : haut les cœurs, après tout, c'est peut-être aussi la faute de mes problèmes psychologiques. Et après avoir lu L'homme bicentenaire en entier, il m'a fallu profondément me repentir sur l'autel d'Asimov pour ne pas avoir reconnu son génie une fois de plus (je lui ai aussi promis de lui sacrifier deux ou trois petits frères). En bref : vous avez là entre autres le gratin de ce qui se faisait à l'époque comme SF transhumaniste !

Bibliothèque « Zitrance » : Astral travel beyond deep space*

Le collectif Un Fanzine par Mois se donne pour mission de sortir... un fanzine par mois. Et ça peut être absolument de n'importe quel thème, taille et style graphique. En mai 2020, ils sortent Zitrance, en référence à un célèbre genre underground que vous connaissez bien si vous êtes un habitué du blog. Or voilà-t'y pas qu'en avril 2020, les auteurs lancent un projet sur Ulule : un nouveau Zitrance va paraître, mais sous la forme d'un recueil de 200 pages.

« Le Dictateur » vs « Block 109 » : Guérir l’horreur du nazisme

Avant d'être les déités abstraites qu'invoquent votre tonton nationaliste et votre cousin végane sous la houlette de Saint-Godwin lors du dîner du Réveillon, les nazis étaient les militaires et les politiciens qui ont causé le plus de crimes contre l'Humanité : génocides, invasions malgré les traités de paix, expériences biologiques non encadrées... Leur credo aujourd'hui s'est dilué un peu partout dans les groupes d'extrême-droite, allant du néo-nazisme puriste à un nationalisme plus épuré (et c'est ainsi que les médias de notre beau pays se questionnent stérilement sur si le RN n'y fait pas des références cachées au lieu de se pencher sur les problèmes concrets de leur programme...). La monstruosité a culminé durant la Seconde guerre mondiale, un charmant petit conflit réputé pour être le plus meurtrier qui ait jamais été ; seulement voilà, les nazis ne sont pas nés à partir de rien. Un homme, Hitler, les a tous fédérés, les a menés au combat et dirigé toutes leurs atrocités ; qu'est-ce qu'on aurait pu faire pour l'arrêter ? La fiction n'a eu de cesse de l'imaginer ; je vous propose d'en analyser deux œuvres.

Star Trek TOS : Thierry la Fronde dans l’espace

Souvenez-vous : les années 60, l'âge d'or de la SF, quand on commençait enfin à daigner un peu d'intérêt pour les genre à la télé. Cette époque précise où l'on a créé ce qui devenait devenir un monument de la pop-culture avant de sombrer dans l'oubli face à Star Wars IX. Des épopées galactiques uniques, aux personnages charismatiques et aux répliques enjouées. Une ode à l'aventure et aux grands espaces, avec des scènes inoubliables et nombre de questionnements métaphysiques ; je veux bien sûr parler de... Cosmos 1999. (J'avais pensé à faire la blague avec Red Dwarf, mais visiblement personne connaît...)

TUGPÉUA #22

Papa Noël s'en va acheter quelques milliards d'attestations de visites à domicile, et la fin d'année s'annonce pour moi aussi un brin hardcore. Il me reste encore des milliers de pages à lire pour la fac et pour le blog, sans parler des disques à écouter, des émissions radio à préparer, des films et séries à voir dans la mesure du possible, du théâtre que je n'aurais pas évoqué de l'année... ah, oui, et les cadeaux, ce truc sur lequel on se penche toujours le 23 décembre. Le bon côté des choses étant que je ne devrais en principe pas trop à avoir à bouger de chez moi (rire sarcastique), tentons à présent de combler un peu notre retard en proposant à nouveau deux articles par semaines, à commencer par celui-ci.