« Robot face » : Appelons le disque comme ça vu que le bug WordPress m’empêche d’écrire les titres comme je veux

Chose promise, chose due, il faut que je rattrape mon retard annuel en vous parlant de toutes les choses avec lesquelles je vous avais faits baver en janvier. Ni une ni deux, j'enfourche mon Cirrus-3000 (comme un Nimbus, mais avec moins de budget), et accours vers un vieil article trop longtemps resté en brouillon : mon ébauche de critique sur , le troisième album de Caravan Palace.

TUGPÉUA #17 : Spécial albums méconnus

Je n'ai jamais supporté que des gens qui tentent des trucs restent dans l'anonymat. C'est sans doute dû au fait que je suis une bobo-gauchiasse écolo-communiste, ou que moi-même je ne connais pas pour l'heure de succès reluisant. Mais chacun a droit à sa chance et contrairement à ce que voudraient vous faire croire les algorithmes de certains réseaux mercantiles, l'objectivité est un critère contrairement à la popularité ; c'est pourquoi je juge sur le blog des célébrités de la même manière des trucs dont personne n'a jamais entendu parler. Et en parlant de trucs dont personne n'a jamais entendu parler... Eh bah je ratisse les fonds de chaînes de musique, et je trouve souvent des albums avec un nombre d'auditeurs qui ferait passer Du Phil à la Pat pour David Guetta (...) Et quand tout le monde se fout d'une chose... eh bah moi ça m'intrigue.

TUGPÉUA #12 : Spécial croisements improbables

Bonjour, ceci est une intro rédigée à la va-vite. Alors, vous devez savoir qu'on aime bien les mélanges farfelus chez le Scribouillard, justement parce que c'est des trucs que personne a tentés auparavant, et c'est pour ça que ça vient apporter un vent de fraîcheur dans le monde de la culture... Alors voici un petit échantillon de mes trouvailles les plus insolites de ces derniers mois.

TUGPÉUA #11

Ça suffit les musiques toutes gentilloutes, aujourd'hui les scribouminus c'est parti pour de la musique BRUTAAAALE ou bizarroïde, souvent les deux à la fois. Souvent assez sombre et pessimiste, il faut bien le dire, mais possédant également parfois des moments d'une grande poésie qui font que le disque est loin d'être entièrement irrecommandable, voire même mérite amplement l'écoute pour ses qualités. Je vous laisse donc juges de ce qui vous plaira à travers ces cinq présentations atypiques...

TUGPÉUA #10 : Spécial automne

Bonsoir mes p'tits scribouminus, quand je dis automne vous pensez tout de suite à tristesse. La mélancolie, la mort, la rentrée... Mais aussi les promenades en forêt majestueuses et la saison des champignons douteux ! (Blague que j'ai faite trop de fois au cours de mon existence.) Voilà donc quelques albums et EP avec lesquels passer l'été dans un cocon bien douillet, nostalgiques, doux, paisibles. Quoi ?! On me souffle dans l'oreillette qu'il va y avoir encore du post-rock ? Tout juste à peine, voyons !

« Panic » : C’est la rentrée !

Qu'est-ce qu'on fait son dernier jour de vacances ? Avant d'emménager dans une petite piaule au fin fond de Saint-Étienne pour se préparer à une fac pour laquelle on est mais alors VRAIMENT pas chaud-chaud ? À part se lamenter, j'entends.

Eh bien, (...) replongeons-nous dans les méandres de Caravan Palace. Un groupe qui avec son deuxième album Panic se voit confier la lourde tâche d'avoir une continuité avec le précédent tout en sachant se réinventer...

« Playback » : Barbouillant

La synthwave est une de mes marottes dont je n'ai pas encore parlé sur mon blog (...). Pourtant, je n'avais à ce jour pas encore entendu parler du groupe Power Glove et de son album Playback visiblement populaire mais dont Iron Skullet avait fait une critique en mode Joueur du Grenier. Je l'ai donc écouté pour savoir pourquoi tant de haine... et même s'il est peut-être un peu sévère, c'est vrai que c'est pas fameux-fameux.

« Caravan Palace » : Vous avez critiqué ? Eh bien dansons maintenant !

Ladies and gentlemen, aujourd'hui est un grand jour, à la durée exceptionnelle de 24 heures, ici dans notre cabaret, où vous allez pouvoir assister à des articles prodigieux à l'image de celui qui s'affiche sur votre écran ébahi ! Et cet article est encore plus extraordinaire, dans la mesure où je ne chronique pas n'importe quel disque.
Caravan Palace est le tout premier disque de musique électronique que j'aie jamais entendu.