TUGPÉUA #11

Ça suffit les musiques toutes gentilloutes, aujourd'hui les scribouminus c'est parti pour de la musique BRUTAAAALE ou bizarroïde, souvent les deux à la fois. Souvent assez sombre et pessimiste, il faut bien le dire, mais possédant également parfois des moments d'une grande poésie qui font que le disque est loin d'être entièrement irrecommandable, voire même mérite amplement l'écoute pour ses qualités. Je vous laisse donc juges de ce qui vous plaira à travers ces cinq présentations atypiques...

« Moonglow » : Brocéliande metal

PSCHOOOOOOF !!!!! Nathan et moi atterrissons dans une clairière paumée. Des tas de types nous reluquent avec leurs nez crochus et leurs oreilles et dents pointues. Qu'est-ce que c'est encore que ce truc ? Une réunion de vieux garçons quinquas ? « (...) Vous avez jusqu'à minuit pour nous chanter quelque chose qui fouette les tripes ! (...) ce qu'on aime, c'est le METAAAL ! — Vous aimez le metal ? Bah ça tombe bien, j'ai une galette à vous proposer... »

TUGPÉUA #4

Salut tout le monde c'est encore moi, et aujourd'hui nous abordons un TUGPÉUA aux mini-critiques assez spéciales : d'une part parce que certaines ne sont pas vraiment mini (...), ensuite parce qu'il s'agit de genres pour lesquels je n'éprouve pas un grand intérêt. Néanmoins, le but de ce blog étant de m'ouvrir (et vous aussi) à un maximum d'éclectisme, j'ai donc décidé de faire un petit effort, et qui s'est globalement avéré plutôt récompensant.

« Once » : L’opéra philharmonique dans ta face

Il y a deux jours, je me suis pris une claque magistrale avec Once, un album de Nightwish, groupe finnois qui aime bien mettre des tas de violons et d'instruments de toutes sortes dans ses compos. Pourtant, à ce que j'ai vu, à part sur Amazon, les avis sur le disque ont pour le moins divisé. Et à bien y réfléchir, il y a tout de même quelques pistes qui se passeraient bien de seconde écoute. Ou plutôt si : à mon goût, elles sont toutes méritantes, mais c'est plutôt qu'elles ont des passages meilleurs que d'autres.

« The Gate » : bourrin de chez bourrin

Bref, vous l'aurez compris, ce qu'on va s'envoyer aujourd'hui n'aura rien à voir avec du Chopin : c'est même marqué Ultragore sur la jaquette pour au cas où on aurait pas compris. The Gate, de Drop Goblin, est un EP de moins de 5 minutes de metalstep sorti en 2013, avec à la clé ambiance dark fantasy MMORPG. Mais qu'est-ce que ça vaut, très concrètement ? Eh bien, côté parti pris, ce n'est pas trop mal, mais niveau message de fond, c'est le gore pour le gore, niveau longueur, c'est vraiment pas assez développé et niveau totalement subjectif, j'ai trouvé qu'il s'agissait encore d'un de ces morceaux dubstep qui se veuillent à tout prix trachouilles.