TUGPÉUA SPÉCIAL N°200 : ÉCOUTÉ ET APPROUVÉ

Les fêtes se préparent, elles sont déjà là chez moi : c'est le 200e article, déjà plus de 500 pages que je remplis de mes conneries, et ça m'amuse toujours autant. Il faut bien un peu en profiter. L'occasion une fois de plus au romantique incurable que je suis de vous étaler ses albums de fillette. Mais j'avais envie de vous partager quelques coups de cœur de l'année 2019, même de manière rapide et un brin subjective.

« Alchemist » : Musique philosophale

Aleksander Vinter est un musicien suédois autiste de haut niveau : Asperger et atteint du syndrome du Savant, on se retrouve avec un sacré hyperactif qui produit des disques à la vitesse où un lycéen décampe de la salle de maths. Ayant signé et produit des titres sous un nombre hallucinant de pseudos (Blanco, Vinter in Vegas, Vinter in Hollywood, Protos, et bien sûr surtout : Savant), il officie aussi bien dans les dérivés du reggaeton (arrrrgnh) que du dubstep (ouaiiis !), le metal et le néo-classique, notamment avec le complextro dont il est le pionnier, électrohouse aux sonorités fortement brostep. Bien entendu, avec une production aussi titanesque, tout ne se vaut pas, et on serait souvent tentés de remettre en question ses musiques pour leur cohérence, celui-ci préférant quelque chose de bordélique et un rien tapageur (...). Mais disons-le, ça a été un des artistes qui ont marqué son adolescence, avec son style complètement singulier et iconoclaste encore très imité chez les amateurs de complextro. Alors pourquoi je procrastine à critiquer Alchemist depuis le début du blog ?

« Colourful You » : Aaaah, la chicha sous les tropiques…

Je suis un lâche qui fuit devant ses devoirs, son nouveau scénario à retravailler, ses révisions pour le bac, je l'avoue. Je suis une feignasse de première dès lors que je peux rester passer mes journées dans ma chambre et je serais parti me remuer un peu en forêt si je n'avais pas une tumeur au gros orteil (le pire, c'est que c'est vrai). Mais je suis aussi un blogueur qui s'est créé des tas de catégories dont certaines vides depuis bien trop longtemps, aussi ai-je décidé de régler son cas à celle sur la deep house.

« Justice » : Ne jamais faire une croix dessus (elle est pas neuve, celle-là, mais vous en voyez une autre à faire sur la jaquette ?)

Je dois vous faire une confession : ce blog devait servir à la base de manuel en ligne de bien-être vibrationnesque à la destination des adeptes du Christ Cosmique, ce qui est à la fois une justification tirée par les cheveux pour vous expliquer pourquoi cette image d'en-tête pour l'article et la plus grosse fake news que j'ai trouvée de l'année. Il sera en réalité question ici de Justice du groupe Justice, aussi appelé Cross ou † parce que personne n'a été fichu de mettre un titre sur cette jaquette.

TUGPÉUA #4

Salut tout le monde c'est encore moi, et aujourd'hui nous abordons un TUGPÉUA aux mini-critiques assez spéciales : d'une part parce que certaines ne sont pas vraiment mini (...), ensuite parce qu'il s'agit de genres pour lesquels je n'éprouve pas un grand intérêt. Néanmoins, le but de ce blog étant de m'ouvrir (et vous aussi) à un maximum d'éclectisme, j'ai donc décidé de faire un petit effort, et qui s'est globalement avéré plutôt récompensant.

« Alpha » : Le genre de disque qui me fait râââleeer…

NCS (No Copyright Sounds) est un label de musique électronique trouvable sur Youtube dont la particularité est de ne produire (quasiment) que de l'EDM non-copyrightée. Des milliers de youtubeurs la mettent dans leurs vidéos, ce qui lui donne un aspect très populaire. La quantité est là : des tas de nouveautés chaque mois, et un album en reprenant une de chacun d'entre eux en fin d'année. Et la qualité ? Eh ben...