TUGPÉUA SPÉCIAL N°200 : ÉCOUTÉ ET APPROUVÉ

Les fêtes se préparent, elles sont déjà là chez moi : c'est le 200e article, déjà plus de 500 pages que je remplis de mes conneries, et ça m'amuse toujours autant. Il faut bien un peu en profiter. L'occasion une fois de plus au romantique incurable que je suis de vous étaler ses albums de fillette. Mais j'avais envie de vous partager quelques coups de cœur de l'année 2019, même de manière rapide et un brin subjective.

TUGPÉUA #12 : Spécial croisements improbables

Bonjour, ceci est une intro rédigée à la va-vite. Alors, vous devez savoir qu'on aime bien les mélanges farfelus chez le Scribouillard, justement parce que c'est des trucs que personne a tentés auparavant, et c'est pour ça que ça vient apporter un vent de fraîcheur dans le monde de la culture... Alors voici un petit échantillon de mes trouvailles les plus insolites de ces derniers mois.

« Formors » : l’album qui me réconcilie avec le metal extrême ?

Vous l'aurez deviné, contrairement à elle, je n'aime pas trop le metal extrême. Je n'ai pas de références dans le domaine, mais je suis malgré tout fasciné par le nombre de sous-genres divers et variés que celui-ci a engendrés. Alors, dilué dans du folk, je me suis dit : pourquoi ça ne ferait pas ? Ce ne sera sans doute pas ma critique la plus approfondie, mais je vais essayer d'en juger un album en toute subjectivité. Les candidats : un groupe français, Aes Dana, et leur deuxième album Formors.