« Formors » : l’album qui me réconcilie avec le metal extrême ?

Vous l'aurez deviné, contrairement à elle, je n'aime pas trop le metal extrême. Je n'ai pas de références dans le domaine, mais je suis malgré tout fasciné par le nombre de sous-genres divers et variés que celui-ci a engendrés. Alors, dilué dans du folk, je me suis dit : pourquoi ça ne ferait pas ? Ce ne sera sans doute pas ma critique la plus approfondie, mais je vais essayer d'en juger un album en toute subjectivité. Les candidats : un groupe français, Aes Dana, et leur deuxième album Formors.