TUGPÉUA #22

Papa Noël s'en va acheter quelques milliards d'attestations de visites à domicile, et la fin d'année s'annonce pour moi aussi un brin hardcore. Il me reste encore des milliers de pages à lire pour la fac et pour le blog, sans parler des disques à écouter, des émissions radio à préparer, des films et séries à voir dans la mesure du possible, du théâtre que je n'aurais pas évoqué de l'année... ah, oui, et les cadeaux, ce truc sur lequel on se penche toujours le 23 décembre. Le bon côté des choses étant que je ne devrais en principe pas trop à avoir à bouger de chez moi (rire sarcastique), tentons à présent de combler un peu notre retard en proposant à nouveau deux articles par semaines, à commencer par celui-ci.

Sangre de Muerdago : Rétrospective

Cette année, j'ai choisi de consacrer deux articles pour vous parler d'un groupe assez confidentiel, le second étant sur leur dernier album en date, le premier sur leurs débuts : Sangre de Muerdago, brassant folk, chansons traditionnelles galiciennes et néofolk. Oui, néofolk, n'en déplaisent aux puristes : on est bien éloignés des influences très païennes voire ésotériques de Current93 cherchant souvent à mettre mal à l'aise l'auditeur. Que reste-t-il, alors ? Quelques samples industriels glissés de-ci de-là, une ou deux inspirations puisant dans le paganisme bien que les légendes contées se fassent chrétiennes ou "laïques" pour autant que j'aie pu le constater, et l'ambiance lourde et mélancolique. Le groupe se qualifie lui-même de "forest folk", voire de folk psychédélique quand je ne vois pas à l'horizon la moindre silhouette de pédale wah-wah ; bref vous aurez compris qu'il est pas très à cheval avec les classifications.